Qu’est-ce que l’Accélération 2.0 ?

En tant que praticiens de l’accompagnement, nous avons constaté que les porteurs de projet et les start-ups qui cherchaient à être accélérés étaient très souvent confrontés aux problèmes suivants :

  • Une offre d’accélération morcelée et pléthorique
  • Un accompagnement trop théorique et peu opérationnel
  • Un accompagnement formaté ayant des durées imposées (des programmes de un à trois mois en général), identique d’un projet/d’une start-up à l’autre et qui laisse peu de place au sur-mesure
  • Une offre de Business Development (commercialisation/vente) peu présente
  • Un processus de sélection qui privilégie les business modèles « disruptifs », les projets « ambitieux » à fort TRI au-delà du raisonnable et qui a tendance à rejeter les projets plus terre à terre et modestes
  • Une accélération dominée par des consultants et formateurs qui sont rarement des serial-entrepreneurs
accélération entreprise

L’accélération aujourd’hui : un paysage de compétences atomisées

L’accélération 2.0 met l’entreprise expérimentée (TPE/PME) au centre du processus d’accélération des start-ups

accélération 2.0 startup PME partenaires

L’Accélération 2.0 : l’entreprise comme unité d’accélération globale

Les 9 principes de l’Accélération 2.0

Il est temps de revoir le concept d’accélération centré aujourd’hui autour de formations en groupes couplées à du mentoring individualisé dispensés par des acteurs nombreux et disparates.

Il faut passer à une accélération opérationnelle centrée sur la seule entité qui rassemble en un seul lieu toutes les compétences et expériences dont ont besoin les porteurs de projets et start-ups :

l’entreprise qui a déjà réussi son parcours entrepreneurial.

Avant de proposer une étude plus approfondie du concept d’Accélération 2.0, nous mentionnons ci-dessous les 9 principes directeurs qui doivent, selon nous, former les contours de l’Accélération 2.0.

N’hésitez pas à contribuer au débat autour de l’Accélération 2.0 en nous faisant part de vos réflexions à ce sujet !

Principe N°1 : Toute entreprise expérimentée est un accélérateur de start-ups en puissance

Une entreprise expérimentée c’est toutes les formes d’accompagnement réunies dans une seule structure !

Une entreprise expérimentée c’est, en effet, à la fois un incubateur, un accélérateur, un cluster, un pôle de compétitivité, un fablab, une école de commerce, un mentor et demain … un associé !

Enfin, toutes les divisions d’une entreprise sont susceptibles d’accélérer une start-up sur les problématiques qui sont les leurs. Toutes les particules élémentaires d’une entreprise expérimentée sont des accélérateurs !

Principe N°2 : L’Accélération 2.0 ne chasse pas les Licornes ni les chimères

Le but de l’Accélération 2.0 n’est pas d’identifier et d’accélérer uniquement ni principalement les futurs Google et Facebook de demain.

Les Licornes sont pour nous des chimères : ce ne sont pas elles qui créeront véritablement la richesse et les emplois durables de demain. La richesse d’un pays passe par un tissu de PME pérennes maîtrisant leur croissance. Nous ne sommes pas intéressés par l’accélération de futurs mastodontes à visées monopolistiques et passant par une hyper-croissance.

Principe N°3 : Démocratiser et massifier l’accès à l’accélération

Tout porteur de projet motivé doit pouvoir être accéléré par une entreprise expérimentée. Pour nous, le principal critère de sélection doit être la motivation des porteurs de projet/de l’équipe de la start-up. Il nous semble un peu ridicule d’organiser des grand-messes où les membres du jury vont sélectionner « l’élite » de entrepreneuriat en fonction de critères essentiellement subjectifs et théoriques à ce stade : l’aspect disruptif et le retour sur investissement potentiel.

Tout entrepreneur est légitime et mérite d’être accéléré.

Les accélérateurs traditionnels cherchent à identifier ceux qu’ils pensent être les « meilleurs des meilleurs, la crème de la crème ». L’accélération 2.0 vise à accélérer tous ceux qui sont de légitimes entrepreneurs : c’est-à-dire, ceux qui ont la motivation et un projet cohérent et non pas uniquement ceux qui font rêver les investisseurs avec des retours sur investissement démentiels et des idées d’ubérisation du monde !

Principe N°4 : L’entreprise expérimentée est un « investisseur » pour l’accéléré

Il est souvent difficile de réaliser un premier tour de table pour lancer son entreprise. Grâce à l’Accélération 2.0, tout porteur de projet qui se fait accompagner par une TPE/PME expérimentée, peut bénéficier d’un accompagnement complet pour développer son entreprise sans avoir besoin de lever des fonds ni d’utiliser sa trésorerie.

L’accéléré n’a pas besoin de débourser un centime pour se faire accélérer puisqu’il échange des actions/parts sociales de sa société contre les services d’accompagnement dont il va bénéficier.

Principe N°5 : L’innovation n’est pas une fin en soi

L’Accélération 1.0 d’aujourd’hui privilégie les projets dits « innovants ».

L’Accélération 2.0 ne rejette certes pas l’innovation, mais elle ne la met pas au centre de ses préoccupations.  Du moment qu’il y a un marché pour le porteur de projet ou la start-up, il n’y a pas de raison de leur refuser une accélération digne de ce nom !

L’Accélération 2.0 met l’accent sur le marché plutôt que sur l’innovation.

Principe N°6 : Disrupter le disruptif

L’obsession du tout « disruptif » nous semble malsain : il conduit souvent à sélectionner des projets « fumeux » et à rejeter ceux qui seront pérennes.

Il va arriver un moment où pour être vraiment « disruptif » il suffira d’oser être « classique » !

Il n’est pas nécessaire de vouloir tout « ubériser » pour avoir le droit d’être accéléré !

Principe N°7 : Au-delà du périphérique

Les accélérateurs version 1.0 sont principalement présents dans les grandes villes. La province, les petites villes, la campagne … c’est pour les retraités et les chômeurs ?!

L’Accélération 2.0 s’appuie sur le maillage des TPE et PME réparties sur tout le territoire national pour démontrer que l’esprit d’entreprise existe partout en France !

L’accélération 2.0 est partout où il existe une entreprise expérimentée ! Même au-delà du périphérique des grandes villes !

Principe N°8 : Accélérer l’accélération

Les programmes d’accélération actuels n’offrent, la plupart du temps, que des formations générales sur la création d’entreprise, basées sur le Lean Start-up et son jargon, suivies par un peu de mentoring et de networking. Un temps précieux est perdu dans l’acquisition de ce jargon et l’apprentissage théorique de ce qu’est une « entreprise » et les interactions avec des entrepreneurs qui ont les « mains dans le cambouis » sont peu nombreuses.

L’Accélération 2.0 est immédiatement opérationnelle.

En frappant à la porte de la bonne PME/TPE, le porteur de projet pourra bénéficier d’une accélération dédiée, rapide et efficace, centrée sur ses besoins réels, dès qu’il aura franchi le seuil de son Accélérateur 2.0 !

Principe N°9 : Une accélération opérationnelle complète

Pour la start-up, c’est en général un peu le parcours du combattant pour savoir à quelle porte frapper. Elle passe d’un programme à l’autre, sans qu’il n’y ait nécessairement de lien entre ces programmes : elle apprend le jargon des start-ups avec untel, les bases du business plan avec un autre, le b.a.-ba de la gestion d’entreprise avec un troisième, puis prépare son prototype avec un quatrième … Enfin, elle passe quelques heures, de temps à autre, avec un mentor avec qui elle ne peut échanger que de manière intermittente sur des sujets qui ne sont pas toujours de la compétence directe de celui-ci.

Seule une entreprise expérimentée peut répondre de manière concrète et pragmatique à l’ensemble des problématiques opérationnelles que rencontre une start-up.

Nous pourrions utiliser un jargon très tendance et dire que l’accélération 2.0, offerte par les entreprises expérimentée, est la seule qui soit « all inclusive » ou « holistique » !